Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

quai de ouistreham

  • Jeudi sur le Quai de Ouistreham

    Jeudi donc je ne me souvenais plus vraiment ce que j'avais fait, difficile de me raccrocher à des éléments concrets du quotidien... Grasse matinée jusque 10h pour occulter presque la moitié de la journée et ensuite plongée dans un livre emprunté à la bibliothèque.

    On en a beaucoup entendu parler, en bien et en mal aussi, je me demandais ce que ça valait alors quand je l'ai vu mercredi sur le rayon nouveauté de ma petite bibliothèque municipale, je n'ai pas hésité, je l'ai vite embarqué.

     

    arton16811.jpg

     

    C'est simple une fois que j'ai commencé à le lire, j'ai vraiment eu beaucoup de mal à m'arrêter.

    Non pas que le récit soit haletant ou qu'une quelconque intrigue maintienne le suspense, non, plus simplement j'ai eu l'impression de partager ce moment de vie avec Florence Aubenas qui pour les besoins de son enquête journalistique se fait passer pour une femme seule, sans qualification en quête de travail, de salaire.

    Je craignais de tomber sur la virée d'une journaliste parisienne chez les pauvres pendant "la crise", pleine de condescendance ou au contraire de détachement glacial. En fait, Florence Aubenas vit vraiment les affres de la précarité, l'absurdité des requêtes chez Pôle Emploi, le découragement devant le peu de nombre d'heures de travail proposées, souvent inférieures aux nombres d'heures de trajet et d'attente pour les effectuer.

    Elle ne fait pas semblant, elle décrit simplement la dureté des conditions de travail (récurer à 4 pattes les sanitaires d'un ferry en moins de 3 minutes chaque cabine par exemple), les heures sup non payées (pour garder son contrat) et les heures normales payées sous leur prix légal, le sadisme des personnes qui contrôlent ses tâches, le manque de sommeil, la fatigue des horaires décalés et des contrats enchainés.

     

    Alors non ce n'est pas très gai et pourtant il transparaît beaucoup d'empathie et d'humanité dans ces pages. Cela rend l'auteur et ses compagnes d'infortune très attachants. C'est comme ça que j'ai passé un jour férié avec eux.

     

    *  *  *  *  *

    Le quai de Ouistreham - Florence Aubenas - Editions de l'Olivier