Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mur

  • 20 ans

     

    J'avais 20 ans il y a 20 ans.

    L'âge de tous les possibles, l'âge de tous les espoirs.

    Je venais de décrocher un diplôme qui me permettait de travailler immédiatement si je le souhaitais, mais j'avais préféré repartir vers l'université, pour ne pas plonger immédiatement dans le grand bain de l'âge adulte.

    En fac, donc fin 1989, en langues étrangères appliquées... Allemand/Anglais.

     

    Les frontières avaient commencé à s'effriter à l'est dès l'été en Hongrie mais on ne pensait pas qu'elles s'effondreraient aussi vite.

     

    Je me souviens de l'euphorie.

    Je me souviens que nous étions incrédules.

    Je me souviens que nous avions peine à y croire encore plusieurs jours après.

    Je me souviens que nos profs de civilisation allemande avaient encore plus de peine à y croire.

    Je me souviens que nous avions peur d'un retour de bâton.

    Je me souviens que nous parlions encore de la BRD et de la DDR.

    Je me souviens de mes larmes en voyant et écoutant Rostropovitch devant le mur.

    Je me souviens que nous étions heureux, pour eux, pour nous.

    Je me souviens que nous avions envie d'y être pour le casser encore plus vite.

    Je me souviens que la révolution pouvait être pacifique.

     

     

    Je me souviens que j'avais 20 ans et toute une vie devant moi.