Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

littérature

  • Coup de coeur à la bibliothèque

    Je n'ai pas l'habitude de faire des notes sur mes lectures, parce que je ne suis pas vraiment l'actualité littéraire, j'ai bien souvent 2 trains de retard ou alors le temps que je lise une nouveauté, j'ai eu le temps de lire 3 fois sa critique sur divers blogs (comme par exemple dernièrement pour le "Cercle Littéraire des mangeurs d'épluchures de Patates" enfin à peu près, que j'ai trouvé bien agréable pour débuter les vacances).

    Mais là ce soir j'avais vraiment envie de partager avec vous ce coup de coeur, terminé juste avant de retourner à la bibliothèque municipale, parce que je n'ai rien lu à son sujet et que je connais quelques copinautes qui sans doute l'apprécieraient beaucoup...

     

    Alors le voilà :

    51GQ--O6Z0L._SS500_.jpg

    La pluie, avant qu'elle tombe - Jonathan Coe

     

    Bon, déjà Jonathan Coe : "une valeur sûre" (auteur du Testament à l'Anglaise et de la Maison du Sommeil au cas où ça vous rappellerait quelque chose) me suis-je dit quand je l'ai vu sur le présentoir. Et puis la 4ème de couverture m'a confortée dans l'envie de l'emmener tout de suite avant que quelqu'un d'autre ne s'en empare...

     

    je vous la remets, parce que je ne saurais pas dire mieux, il n'y a pas grand chose à y ajouter :

    Rosamond vient de mourir, mais sa voix résonne encore, dans une confession enregistrée, adressée à la mystérieuse Imogen. S'appuyant sur vingt photos soigneusement choisies, elle laisse libre cours à ses souvenirs et raconte, des années quarante à aujourd'hui, l'histoire de trois générations de femmes, liées par le désir, l'enfance perdue et quelques lieux magiques. Et de son récit douloureux et intense naît une question, lancinante : y a-t-il une logique qui préside à ces existences ? Tout Jonathan Coe est là : la virtuosité de la construction, le don d'inscrire l'intime dans l'Histoire, l'obsession des coïncidences et des échos qui font osciller nos vies entre hasard et destin. Et s'il délaisse cette fois le masque de la comédie, il nous offre du même coup son roman le plus grave, le plus poignant, le plus abouti.

     

    Si vous avez aimé le club des bouffeurs de patates (j'ai bien aimé ce bouquin mais un peu moins son titre vous avez peut-être remarqué) je crois que vous ne serez pas déçu, je pense même que vous allez trouver le précédent presque simplet et gentillet... mouais rien que ça !

    Ce roman est bien plus riche alors qu'il se lit tout aussi facilement, le type de narration est également surprenant puisqu'elle repose principalement sur des descriptions de photographies, sélectionnées à l'attention d'une personne dont on ne sait presque rien... on est très vite absorbé par l'histoire et on veut encore plus vite en connaître la fin. L'amour maternel mais surtout le désamour y tiennent une très grande place.

     

    Bref, si vous le croisez à l'occasion, vous pouvez y aller, c'est du très bon Jonathan Coe (mais n'attendez pas son humour habituel)...

     

    Et vous, c'est quoi vos derniers coups de coeur ?

    (ma bibliothécaire m'a demandé tout à l'heure si j'avais des idées pour leurs prochains achats...)