Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

en avant (mise) - Page 5

  • Coup de coeur à la bibliothèque

    Je n'ai pas l'habitude de faire des notes sur mes lectures, parce que je ne suis pas vraiment l'actualité littéraire, j'ai bien souvent 2 trains de retard ou alors le temps que je lise une nouveauté, j'ai eu le temps de lire 3 fois sa critique sur divers blogs (comme par exemple dernièrement pour le "Cercle Littéraire des mangeurs d'épluchures de Patates" enfin à peu près, que j'ai trouvé bien agréable pour débuter les vacances).

    Mais là ce soir j'avais vraiment envie de partager avec vous ce coup de coeur, terminé juste avant de retourner à la bibliothèque municipale, parce que je n'ai rien lu à son sujet et que je connais quelques copinautes qui sans doute l'apprécieraient beaucoup...

     

    Alors le voilà :

    51GQ--O6Z0L._SS500_.jpg

    La pluie, avant qu'elle tombe - Jonathan Coe

     

    Bon, déjà Jonathan Coe : "une valeur sûre" (auteur du Testament à l'Anglaise et de la Maison du Sommeil au cas où ça vous rappellerait quelque chose) me suis-je dit quand je l'ai vu sur le présentoir. Et puis la 4ème de couverture m'a confortée dans l'envie de l'emmener tout de suite avant que quelqu'un d'autre ne s'en empare...

     

    je vous la remets, parce que je ne saurais pas dire mieux, il n'y a pas grand chose à y ajouter :

    Rosamond vient de mourir, mais sa voix résonne encore, dans une confession enregistrée, adressée à la mystérieuse Imogen. S'appuyant sur vingt photos soigneusement choisies, elle laisse libre cours à ses souvenirs et raconte, des années quarante à aujourd'hui, l'histoire de trois générations de femmes, liées par le désir, l'enfance perdue et quelques lieux magiques. Et de son récit douloureux et intense naît une question, lancinante : y a-t-il une logique qui préside à ces existences ? Tout Jonathan Coe est là : la virtuosité de la construction, le don d'inscrire l'intime dans l'Histoire, l'obsession des coïncidences et des échos qui font osciller nos vies entre hasard et destin. Et s'il délaisse cette fois le masque de la comédie, il nous offre du même coup son roman le plus grave, le plus poignant, le plus abouti.

     

    Si vous avez aimé le club des bouffeurs de patates (j'ai bien aimé ce bouquin mais un peu moins son titre vous avez peut-être remarqué) je crois que vous ne serez pas déçu, je pense même que vous allez trouver le précédent presque simplet et gentillet... mouais rien que ça !

    Ce roman est bien plus riche alors qu'il se lit tout aussi facilement, le type de narration est également surprenant puisqu'elle repose principalement sur des descriptions de photographies, sélectionnées à l'attention d'une personne dont on ne sait presque rien... on est très vite absorbé par l'histoire et on veut encore plus vite en connaître la fin. L'amour maternel mais surtout le désamour y tiennent une très grande place.

     

    Bref, si vous le croisez à l'occasion, vous pouvez y aller, c'est du très bon Jonathan Coe (mais n'attendez pas son humour habituel)...

     

    Et vous, c'est quoi vos derniers coups de coeur ?

    (ma bibliothécaire m'a demandé tout à l'heure si j'avais des idées pour leurs prochains achats...)

     

     

     

  • un bon investissement : la ouate !

    La grosse  torpeur de l'été est finie, tout le monde est presque rentré, on va pouvoir repasser aux choses sérieuses, là ?

    Alors un petit billet pour vous faire part d'un retour d'expérience, ça peut toujours servir non ?

    Donc voilà, cet été nous avons fait isoler nos combles avec une technique encore peu connue en France mais qui est utilisée au Canada depuis une trentaire d'année, j'ai nommé : la ouate !

    hé hé, la ouate de cellulose pour être sérieuse.

    Qu'est-ce que c'est ? bah c'est de la chiquette de papier journal, en gros !

    mainsp.jpg

    c'est insufflé sous le plancher du grenier quand celui-ci n'est pas habité (chez nous c'est juste un lieu de stockage) ou alors sous les rampants du toit quand les combles sont utilisés comme pièce à vivre.

    Alors pour balayer la 1ère inquiétude, non ce matériau ne brûle pas (ça ne se consumme pas non plus), les bestioles ne vont pas dedans car c'est imbibé de sel (donc pas d'insecte, pas de rongeur, pas de champignon non plus), c'est écolo puisque c'est du recyclage de papier journal (non toxique, les encres ne contiennent plus de métaux lourds depuis 2001).

     

    Concernant la pose, le chantier a duré une journée (de 9h jusqu'à 18h) à 3 personnes.

    05.jpg

    Je pense que les bricoleurs que rien n'arrête seront tentés de se lancer eux-même parce que ce n'est pas compliqué de souffler des chiquettes avec un gros tuyau puis de reclouer un plancher dessus, mais... outre le fait qu'il faut louer une machine spéciale pour décompacter la ouate vendue en sac, c'est quand même super pénible du fait de la poussière que ça génère (port du masque obligatoire). Les ouvriers qui sont intervenus chez nous maitrisaient bien l'application, donc moi la poussière je ne l'ai pas vue dans la maison, elle est restée avec eux (le soir ils en étaient recouverts) et j'ai pu voir que ce n'était pas franchement agréable (sans parler la chaleur sous le toit en été et de la position "plié en 2 pour pas se cogner la tête").

    Je n'ai pas eu besoin de nettoyer toute la maison après. Il y a bien eu quelques petits tas de ouate à enlever mais ce sont les ouvriers qui s'en sont chargé (par contre il a bien évidemment fallu vider totalement le grenier avant mais là c'était un service à nous rendre, vu tout ce qu'on a pu jeter).

     

    Le prix :  3000€ pour 60m² de surface de combles (ça fait du 50€/m² tout compris)

    en incluant la dépose de l'ancien plancher (très gros boulot aussi) + la pose de lambourdes pour réhausser légèrement le plancher et permettre  la pose de 25 cm d'épaisseur de ouate de cellulose + la pose d'un nouveau plancher tout beau (nettement mieux que le précédent qui était fait en planches de récup). Il existe une autre technique de pose quand la pièce n'est pas du tout utilisée : pas de lambourdes ni de plancher par dessus, juste une humidification pour permettre un "croutage", j'imagine que c'est encore moins cher.

    Ces travaux ouvrent droit à un crédit d'impôt et comme c'est écolo à un éco-prêt à taux zéro aussi.

     

    Alors, il paraît qu'on va faire une grosse économie de chauffage (on perdrait jusqu'à 30 % d'énergie par le toit dans une maison mal isolée)

    et qu'on va voir la différence sur notre facture de gaz (à condition que son prix n'augmente pas trop hein) je vous dirais au printemps prochain si  effectivement on consomme beaucoup moins de gaz, enfin si ça vous intéresse...

    En attendant, ce qui est sûr c'est qu'on a gagné énormément en confort de sommeil !

    Parce que les chambres surchauffées en été,  c'est fini ! Elles restent à une température supportable : 25° grand maxi, ça peut paraître beaucoup mais c'est nettement mieux que les 30° et plus que nous devions supporter dès que les températures grimpaient ,même en laissant les volets fermés toute la journée... (faut savoir qu'avec la laine de verre ou de la laine de roche le temps de transfert de la chaleur entre l'extérieur et l'intérieur est de 3 à 4h  contre 10 à 12h pour la ouate de cellulose, quel bonheur !).

    Ben rien que pour ça je ne regrette vraiment pas l'investissement et je le recommande par la même occasion,

    (et je n'écris toujours pas de billets sponsorisés).

    J'ai bien conscience que ce billet n'est pas très rigolo mais on ne trouve vraiment pas grand chose à ce sujet sur le net  en particulier  peu d'avis de personnes qui l'ont installé (à part sur les forums de bricoleurs qui discutent de coefficients, de déphasage etc auxquels je ne comprends que pouic). Maintenant y en a au moins un d'une brave ménagère de moins de 50 ans.

    Voilààààà, c'était le billet écolo du mois ;-)

     

     

  • bloguer comme une feignasse

    ben voilà tout est dans le titre, c'est la saison creuse dans les médias, la presse, la radio, la télé et puis les blogs aussi...

    Je ne déroge pas à la règle en partie par pure paresse : je préfère vivre au rythme de l'été, celui qui fait se lever tard, manger à pas-d'heure ce qu'on trouve au hasard dans le frigo ou pire au fond des placards, comater dans un transat avec un bouquin et ainsi de suite (vous trouverez bien la suite vous-même... feignasse je vous dis, je suis feignasse).

     

    Cependant comme j'aime aussi faire joujou sur mon ordi, j'ai trouvé de quoi m'amuser sans me fouler : Tumblr

    le compte se créé en moins de 2 mn et ça ouvre un genre de blog minimaliste où l'on peut poster tout et n'importe quoi juste en 2 ou 3 clics

    vous ne voyez pas trop de quoi il retourne ?

    C'est pas grave, tout est très bien expliqué (vas-y clique c'est en français) et puis si tu veux en savoir plus (si tu veux le relier avec d'autres outils pour les geeks moi j'y comprends que pouic à ces bidouillages mais c'est intéressant quand même)

     

    et l'intérêt là-dedans ? Bah pour moi c'est de poster rapidement et simplement des photos qui me touchent, (les miennes ou des photos repérées au gré de surfs nocturnes) sans pour autant avoir envie d'écrire tout un article autour... c'est un peu comme un album photo avant l'invention du carnet de voyage ou du scrapbooking, quoi...

     

    Arf, j'oublais ! Il est là, mon Tumblr Lunapart (pas trop loin)

    http://lunapart.tumblr.com/

     

     

    PS : si vous avez déjà un compte sur cette plateforme, vous pouvez l'indiquer dans les commentaires bien-sûr, je vous "suivrai" avec plaisir