Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Terrils jumeaux et le Louvre Lens

 

La veille des vacances de Pâques était un grand jour pour ma poussinette. Sa classe de CE2 était en sortie pédagogique. Et en plus sa mère était de la partie en accompagnante.

Au programme, "les réalités géographiques locales : les paysages".

Alors on va voir quoi quand on habite le Nord ?

IMAG1743bis.jpg


Le bassin minier, pardi.  Pour la plupart des écoliers c'est une vraie découverte, y a pas de mine à Lille ou dans sa banlieue. On n'y va pas en métro, faut prendre l'autoroute dans un gros bus...

Ah le bus tout un poème ! Le chauffeur n'a pas voulu tourner dans une rue perpendiculaire devant l'école et a donc stoppé son bus en plein milieu de la rue, bloquant tout le quartier (les rues sont en sens uniques dans ce secteur) et surtout les parents sur le parking derrière qui devaient partir bosser après. Il avait peur de rayer son bus et voulait appeler les pompiers pour qu'ils viennent scier les petits poteaux qui empêchent les voitures de grimper sur les trottoirs... oui les pompiers, pour scier du matériel urbain...
On avait beau lui dire que des tas de bus étaient passés avant le sien sans rien accrocher il refusait de nous croire. Non, son bus était plus gros et plus long que les autres (ça te fait penser à autre chose ? ouais moi aussi) Bref c'était du pur délire. Finalement des parents ont fait reculer la longue file de voitures qui attendait derrière et à force de grands gestes, de vérifications de la hauteur des trottoirs alentours (on était à 2 doigts de sortir les double-décimètres des cartables) et on l'a convaincu que non vraiment, personne ne viendrait scier les poteaux et que si si, ça aller passer, mais seulement après avoir mis les papas à plat ventre sur la chaussée tout autour du bus pour bien regarder (et là je me dis que j'aurais dû prendre une photo...).

Bon on s'est quand-même mis en route avec 3/4 d'heure de retard sur le programme et là, le chauffeur nous demande si on connait la route parce que lui, non. Il est drôle ! Ah non, c'est pas une blague.

Donc on lui dit qu'on va d'abord à Loos-en-Gohelle sur la base 11/19. Alors il nous demande l'adresse pour mettre dans son GPS... ben c'est à Loos-en-Gohelle. Oui mais non, c'est grand Loos-en-Gohelle, il veut une adresse. Une maman regarde vite fait sur son smartphone et lui dit que c'est rue de Bourgogne. Mais lui il est pas content.

Il veut un numéro dans son adresse. Un numéro ?
"Oui un numéro de rue" qu'il nous répond !

terrils_bandeau.jpg

(crédit ville de Lens)

Alors, euh... comment dire... on va sur les terrils jumeaux, les plus gros du pays, on les voit à des kilomètres à la ronde sur la plaine. Mais non, il veut un numéro de rue, comme si c'était coincé entre 2 maisons et il dit que si on trouve pas, ce sera de notre faute, de pas connaître le n° dans la rue des terrils.

Bien-sûr qu'on a trouvé : c'est fléché quand on sort de la rocade !

IMAG1742bis.jpg

C'est pas beau de se moquer, mais quand-même, ce chauffeur de bus, il en tenait une sacrée couche.

Là-bas, il y avait un vent de folie, ça poussait les nuages, c'était rigolo. C'était impressionnant aussi pour certains enfants qui avaient peur de tomber s'ils grimpaient dessus (le plat pays, c'est pas une image !). On les a rassuré en leur promettant qu'il y avait un vrai chemin et qu'on allait pas tomber dans le vide juste parce que la pente est raide vue d'en bas...

On est monté presque tout en haut (et là ils étaient déçus de ne pas grimper sur la pointe alors qu'1 heure avant en bas ils flippaient rien qu'en le regardant). Y en a aussi qui voulait absolument mettre plein de charbon dans leurs poches après  que la guide leur ait expliqué comment le distinguer des cailloux, alors que non, faut pas trop dénaturer le site. C'pas facile à gérer une bande de Gremlins des villes lachée dans la nature, j'te l'dis !

De là-haut la vue était magnifique. Y avait plein de champs de colza tout autour.  Bon en photo ça rend beaucoup moins bien qu'en vrai...

IMAG1746bis.jpg


Devinette : tu sais pourquoi on trouve (entre autres) des cerisiers, des pommiers, des poiriers et des pruniers un peu n'importe où sur les terrils ?
Parce que les mineurs emmenaient des fruits de leur jardin dans leur casse-croute et qu'ils jetaient leurs trognons et noyaux dans les rebuts de charbon, ceux-là même qui constituent le terril... et ça pousse bien contre toute attente...

Il y a tout un éco-système qui s'est constitué sur les tas noirs qui dégagent toujours de la chaleur. C'est une réserve ornithologique aussi. On y bague des oiseaux pour mieux les suivre.

La base du 11/19, ouverte au public avec ascension des terrils le week-end en compagnie de guide.



Et comme c'est près de Lens, on a poursuivi la journée avec la visite du fameux Louvre Lens.
Un musée magnifique que je recommande chaudement. Vraiment. Pas par chauvinisme.

A ne pas manquer si on est dans la région.

le Louvre Lens

Le Louvre Lens

Je me suis promis d'y retourner très vite mais avec toute ma smala cette fois.


 

 

Les commentaires sont fermés.