Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • en silence

    Alors que s'est-il passé ce mois de novembre pour que je demeurre ainsi silencieuse ?

    Ben rien.

    Il ne s'est justement rien passé, donc aucune raison de la ramener...

     

    Parfois il est bon de s'arrêter et d'observer. On va dire que c'est ce que j'ai fait.

    Et puis ça m'évitera d'avouer l'inavouable... pour l'instant :-D

  • Cassée !

    Moi, ce soir préparant le repas :

    - les oeufs, vous les préfèrez comment, en omelette ou brouillés ?

    la benjamine :

    - euh brrrr.... euh brûlés !!!

    la cadette :

    - ah non ! pas comme d'habitude !

     

     

     

     

     

    MERCI

    cette contribution à

    ♥ la journée mondiale de la ♥ gentillesse ♥

    était très réussie !

     

     

    Je n'ose pas imaginer le menu pour demain.

     

  • Self portrait thursday

    Je porte rarement des pois, je trouve qu'ils me donnent un air cuculap' de gamine attardée (ou pire de vieille peau qui veut rester jeune), à tort ou à raison, je ne sais pas, mais c'est comme ça.

     

    Pourtant quand j'ai vu ce chapeau de pluie j'ai immédiatement craqué ! (par contre impossible de me souvenir où je l'ai déniché, ça commence à m'énerver cette compétence d'ardoise magique dont je me passerais bien).

     

    Je ne crois pas qu'il soit particulièrement sexy mais il prend moins de place dans mon sac qu'un parapluie et surtout

    il fait rire les enfants.

     

    Peut-être l'air frais de l'automne me fait-il rougir le nez et ressembler davantage à un clown qu'à une digne lady ?

    Mais je m'en fiche je suis bien sous mes petits pois, na !

     

     

    4098591705_db4621fe49.jpg

    (non ce n'est justement pas mon nez qui dépasse ! allez jouer dans le mixeur !)

     

    Voilà, le Self Portrait Thursday à Pois, c'est .

  • 20 ans

     

    J'avais 20 ans il y a 20 ans.

    L'âge de tous les possibles, l'âge de tous les espoirs.

    Je venais de décrocher un diplôme qui me permettait de travailler immédiatement si je le souhaitais, mais j'avais préféré repartir vers l'université, pour ne pas plonger immédiatement dans le grand bain de l'âge adulte.

    En fac, donc fin 1989, en langues étrangères appliquées... Allemand/Anglais.

     

    Les frontières avaient commencé à s'effriter à l'est dès l'été en Hongrie mais on ne pensait pas qu'elles s'effondreraient aussi vite.

     

    Je me souviens de l'euphorie.

    Je me souviens que nous étions incrédules.

    Je me souviens que nous avions peine à y croire encore plusieurs jours après.

    Je me souviens que nos profs de civilisation allemande avaient encore plus de peine à y croire.

    Je me souviens que nous avions peur d'un retour de bâton.

    Je me souviens que nous parlions encore de la BRD et de la DDR.

    Je me souviens de mes larmes en voyant et écoutant Rostropovitch devant le mur.

    Je me souviens que nous étions heureux, pour eux, pour nous.

    Je me souviens que nous avions envie d'y être pour le casser encore plus vite.

    Je me souviens que la révolution pouvait être pacifique.

     

     

    Je me souviens que j'avais 20 ans et toute une vie devant moi.